Partir à la retraite avant 40 ans, c’est possible !

Arrêter de travailler avant 40 ans tel est l’objectif du frugalisme. Un mouvement qui vise l’indépendance financière et la retraite anticipée. 

Le principe du frugaliste

Née aux Etats-Unis, le frugalisme prône la déconsommation à travers un mode de vie simple. Il représente un individu qui décide de prendre sa retraite prématurée, à partir de 35 ans environ. En France, vivre suivant les règles du frugalisme semble encore très anecdotique car les motivations de chacun poussant à adopter ce mode de vie peuvent être personnelles, écologiques, financières ou encore politiques. 

Adepte d’une vie simple

Typique de l’évolution d’une société où la réussite sociale n’est plus la réussite professionnelle, le concept est majoritairement accessible aux classes supérieures et moyennes. 

Ces jeunes retraités qui abordent la vie de manière sereine ce concentre sur leurs besoins et non sur ce qu’ils désirent pour tirer parti du système capitaliste… et en sortir. Car l’idée n’est pas d’être avare, mais de réfléchir à sa façon de dépenser et devenir plus innovant pour investir ou mieux épargner son argent. Disposant d’un capital de départ ou préférant économiser intensément pendant quelques années pour investir dans l’immobilier, en bourse ou sur des titres individuels tout en se projetant dans l’organisation d’un nouveau quotidien de manière acceptable.

Pour savoir s’ils ont atteint la liberté financière et sortir du salariat, les membres du mouvement suivent une « règle d’or » dite des 4 % : disposer d’un patrimoine au moins 25 fois supérieurs au montant de ses dépenses annuelles. Si elles s’élèvent à 2000 euros par mois, il faudra par exemple un patrimoine de 600 000 euros, permettant de vivre des 4 % de rendement généré.

En quête de valeur refuge

L’évolution des modèles de consommation que l’on observe comme la tendance de déconsommation ou de double consommation transforme la figure de l’homme d’affaires du « Culte de la performance » des années 90 décrit par A. Ehrenberg, en celle d’un individu humaniste au mode de vie décent. 

Les frugalistes, eux, ont fait le choix d’inscrire leur parcours professionnel non plus dans une stratégie carriériste à long terme, mais dans une accumulation de capital qui va leur permettre de développer des projets de vie non contraints par l’argent et où leurs rentes font office d’amortisseur. 

Le frugaliste serait-il le nouveau rentier de la fin du siècle dernier ?

C’est un déroulement en quatre phases qui s’affirme dans les épisodes de vie des frugalistes : entrée dans le monde professionnel vers 20 ans, accumulation d’actifs et volonté de se créer une nouvelle réalité de 20 à 30 ans, départ volontaire en retraite anticipée aux alentours de 35 ans, pérennité du nouveau mode de vie à 40 ans et plus.

Le frugalisme peut alors être perçu comme la réponse individuelle aux manipulations de la société postmoderne pour réussir sa vie dans tous les domaines en s’inscrivant dans une approche de développement personnelle guidée par une quête de sens nécessaire à l’atteinte du bonheur.

Comme les frugalistes, anticipez et surtout optimisez vos revenus futurs à la retraite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.